Menu

Nice,
la ville de la villégiature d’hiver de riviera

inscrite par l'UNESCO
sur la Liste du patrimoine mondial


Actualités

« Nice, la ville de la villégiature d’hiver de riviera » inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

Nice, la ville de la villégiature d'hiver de Riviera, inscrite sur la liste du patrimoine mondial

Lors de la 44e session élargie du comité du patrimoine mondial organisée par l'UNESCO en coopération avec le pays hôte, la République Populaire de Chine, à Fuzhou, « Nice, la ville de la villégiature d'hiver de Riviera », a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial.

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

« Il y a bientôt 10 ans, Nice s’est lancée dans un défi inédit pour elle : obtenir son inscription sur la Liste du patrimoine mondial au titre de la qualité et de l’originalité de ses bâtiments et de ses jardins issus de son exceptionnelle contribution à l’histoire du tourisme hivernal.

Pourquoi était-ce inédit ?

Parce que depuis longtemps, notre ville, dont la notoriété mondiale n’était pourtant plus à faire au titre de capitale de la Côte d’Azur, avait délaissé tout ce qui avait construit cette notoriété : la qualité de son paysage, la protection de ses plus beaux édifices, la valorisation de son patrimoine et d’un certain art de vivre. Nombreux étaient ceux qui, dans le monde, ne voyaient plus Nice comme elle est.

C’est un constat que j’ai fait tout au fil de ma vie, et avec encore plus d’acuité, avec tous les Niçois, dès qu’ils m’ont confié l’honneur de les représenter, en 2008.

De ce constat, j’ai tiré une détermination, une force et un projet, qui sont aujourd’hui couronnés par l’UNESCO.

Depuis 2008, nous avons travaillé inlassablement pour rendre vie à tout ce que nous avions oublié : la beauté de nos façades, de nos immeubles, de nos lieux de culte si divers, de nos jardins, de nos paysages, de nos espaces publics.

Nous avons abattu les verrues urbaines qui détruisaient cette harmonie.

Nous avons pacifié les déplacements, retrouvé la lumière et les couleurs de nos façades, replanté les végétaux emblématiques, revivifié et édicté des règles d’urbanisme conformes à la tradition héritée du patrimoine turinois, en un mot, rendu à Nice son visage de beauté et de joie.

Nous avons travaillé d’arrache-pied à inventorier, à protéger plus de 300 bâtiments au titre de notre Plan Local d’Urbanisme Métropolitain, à restaurer des dizaines d’immeubles, de villas et de jardins, dans cet amphithéâtre de collines tourné vers la Méditerranée qui fait la valeur exceptionnelle du centre urbain de Nice et de sa façade maritime, sur plus de 500 hectares.

Nous avons travaillé à rendre à notre ville ce qui lui avait permis de séduire pendant près de deux siècles les responsables politiques les plus prestigieux, les chefs d’entreprises les plus inventifs, les artistes les plus audacieux venus du monde entier.

Et grâce à ce travail acharné, à la conviction, aux compétences, à la détermination de tous, nous vivons aujourd’hui cet événement historique : Nice, notre ville, que nous aimons tant, Niçois de souche et d’adoption, devient, pour la planète entière, une des villes-références du patrimoine mondial.

Oui, c’est un événement historique, unique dans notre histoire par sa dimension et son retentissement, il faut bien le mesurer !

Alors, tout ce qui me vient à l’esprit, dans l’instant, ce sont des sentiments d’une force inégalée : la gratitude, la dignité, la fierté, l’honneur, l’émotion, c’est tout cela qui se mélange dans mon cœur et mon esprit.

La gratitude, c’est celle que j’adresse à tous ceux qui ont permis à cet événement : merci au Comité du patrimoine mondial, à son Président S.E. Monsieur Tian Xuejun, et aux représentants des 21 états membres de cette instance.

Ma reconnaissance va aussi à l’UNESCO dans son ensemble et à sa Directrice générale, Madame Audrey Azoulay.

Je veux dire ma profonde gratitude à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, qui, en janvier 2020, a choisi la candidature de Nice pour représenter la France.

J’associe à ces remerciements le Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian et les Ministres de la Culture qui ont bien voulu soutenir notre dossier, Franck Riester et Roselyne Bachelot-Narquin.

Mes remerciements s’adressent aussi aux deux ambassadeurs, Délégués permanents de la France auprès de l’UNESCO, qui ont successivement porté notre candidature : S.E. Monsieur Laurent Stéfanini et S.E. Madame Véronique Roger-Lacan.

En outre, je veux assurer de ma très chaleureuse reconnaissance Jean-Jacques Aillagon, Ancien Ministre de la Culture, à qui j’ai confié dès 2014 la Présidence de la Mission Nice Patrimoine Mondial et qui, par son talent et son engagement, a joué un rôle déterminant dans notre succès d’aujourd’hui, avec auprès de lui Messieurs Olivier-Henri Sambucchi et François Laquièze et Madame Julie Reynes que j’associe à mes remerciements ainsi que toute leur équipe. Je remercie également l’ensemble des maires de la Métropole Nice Côte d’Azur et les membres du Conseil métropolitain pour avoir voté en juin dernier l’AVAP qui a permis de franchir la dernière étape de cette inscription.

La dignité, c’est celle que nous retrouvons, avec la fierté, et que nous dédions à tous ceux qui ont construit ce patrimoine extraordinaire, du plus grand architecte au plus humble maçon, tout ce petit peuple niçois qui a travaillé à ce résultat au fil des siècles, ce petit peuple de nos anciens.

L’honneur, c’est celui que nous ressentons à être ainsi distingué comme une cité à valeur à la fois universelle et exceptionnelle pour toute la terre.

Oui, l’histoire de Nice, à la fois enracinée et ouverte, méditerranéenne et alpine, européenne et cosmopolite a produit une architecture et un paysage uniques, un modèle pour un grand nombre d’autres villes du monde.

Cette histoire est une histoire humaine, celle de femmes et d’hommes à la recherche de la paix et de la beauté, venus d’horizons très divers, de nationalité, d’origine sociale, d’opinion, de religion, de couleurs de peau différentes.

C’est une histoire économique car le patrimoine de villégiature de Nice est un des points de départ d’une activité, le tourisme, qui crée aujourd’hui des millions d’emplois et met en contact toutes les cultures de la planète.

Nice est désormais reconnue comme une part exceptionnelle de cette évolution du monde. Oui, c’est un grand honneur, sur lequel nous veillerons attentivement.

Et puis, il y a l’émotion.

Nous connaissons tous la devise de l’UNESCO : « Construire la paix dans l’esprit des femmes et des hommes ».

Voir aujourd’hui Nice prendre toute sa part à cette mission magnifique par la voie de l’esprit, c’est-à-dire de la culture, c’est une grande émotion.

Je pense à cet instant à toutes les victimes des tragédies du passé, à celle que Nice a connues au cours de sa longue histoire, et encore très récemment, victimes de l’intolérance, de la violence, de la haine.

Je suis convaincu que la culture est le moyen privilégié pour éviter le plus possible ces tragédies.

Alors, je regarde cette inscription à la fois comme un aboutissement et comme un encouragement à aller plus loin encore.

C’est donc avec la même détermination que je me consacrerai maintenant à soutenir la candidature de Nice au label de Capitale européenne de la culture 2028.

Notre ville est désormais inscrite au patrimoine commun de l’humanité.

Elle se doit aussi de créer le patrimoine de demain, c’est-à-dire d’accompagner les jeunes, les créateurs, les inventifs, les audacieux qui, dans toute leur diversité, feront les émotions, les méditations, les bonheurs de l’avenir sans trahir son identité profonde, c’est-à-dire cette nature qui a fait ici toute notre culture, cette ville-jardin emblématique de l’âme de Nice. C’est dans cet esprit que je nous lance ce nouveau défi ! »

De nouvelles conférences en ligne, et bientôt en public !

Conférences : NICE, la VILLE de la VILLEGIATURE de RIVIERA

Le service Ville d'art et d'histoire et la Mission Nice patrimoine mondial vous proposent un nouveau cycle de conférences dédiées à « NICE, VILLE DE LA VILLEGIATURE DE RIVIERA ». Les premières sont à votre disposition dans la rubrique #THEMA du site Cultivez-Vous

Voir les conférences

Au programme des conférences, des reportages et des documents d’archives inédits, reflétant l’originalité de notre patrimoine historique.

Et à partir du 22 mai, vous pourrez venir assister en direct à la deuxième partie de ce cycle de conférences, avant sa mise en ligne.

En savoir plus

Le gouvernement français retient la candidature de Nice à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial

Extraits du Communiqué de presse publié le 13 janvier 2020

M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et M. Franck Riester, ministre de la Culture, annoncent que la candidature de Nice sera examinée par le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO lors de sa session de juillet 2021.

« Avec la candidature de Nice [...], c’est le modèle de développement culturel, patrimonial et touristique de la France qui est ainsi mis en valeur. L’inscription de Nice au patrimoine mondial de l’UNESCO renforcera l’attractivité et le rayonnement culturel de tous les territoires français. » Jean-Yves Le Drian.

« Le dossier de Nice, que nous avons décidé de défendre cette année, est profondément original. Il s’agit de reconnaître la valeur patrimoniale d’un type d’urbanisme inédit : cosmopolite et orienté vers les loisirs. Ce qui s’est joué à Nice à partir de la fin du XVIIIe siècle, c’est l’invention d’une part importante de notre modernité. » Franck Riester.

Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Président délégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur :

« La Ville de Nice se réjouit de l’honneur qui lui est fait par le Gouvernement français de retenir sa candidature à l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial pour la présenter à l’UNESCO. La Ville tient à exprimer toute sa gratitude au Président de la République Emmanuel Macron qui, par ce choix, accorde à Nice une reconnaissance de la qualité du dossier porté.

Le Comité du Patrimoine Mondial pourra ainsi, dès 2021, lors de sa session plénière, se prononcer sur cette candidature après son instruction par les experts de l’ICOMOS.

La décision du Gouvernement vient couronner de succès la phase nationale de cette candidature engagée dès 2012, en confiant le pilotage à Jean-Jacques Aillagon.

L’objet de la candidature est, rappelons-le, l’ensemble urbain de près de 550 hectares constitué, entre 1760 et 1950, par deux siècles et demi d’hospitalité internationale et par le rôle exclusif que celle-ci a joué dans le développement urbain de Nice.

Cet ensemble se caractérise par son urbanisme régulé, ses espaces verts plantés d’essences exotiques, ses promenades au premier rang desquelles l’emblématique Promenade des Anglais, son patrimoine de villégiature, reflet d’apports venus du monde entier, avec ses villas, ses hôtels, ses palaces, ses « palais », ses immeubles d’agrément, ainsi que ses lieux de cultes et de sociabilité.

Le tourisme, dont les excès sont parfois déplorés à juste titre, a également été propice à la création d’un patrimoine original, porteur d’une valeur universelle exceptionnelle. Nice en témoigne. »

Jean-Jacques Aillagon, ancien Ministre de la Culture et de la Communication, Président de la Mission Nice Patrimoine Mondial :

« A tous ceux qui ont pris part à ce travail, j'exprime ma gratitude et forme le vœu que nous saurons convaincre, au cours des prochains mois, les instances compétentes de l'UNESCO de la qualité de cette candidature.

Au cours des dernières décennies, l’UNESCO a inscrit sur la Liste du patrimoine mondial un certain nombre de sites qui témoignent de grands phénomènes de civilisation. Pour ne citer que des sites français, on peut évoquer Albi qui témoigne de l’influence du pouvoir épiscopal dans l'organisation des villes médiévales, Versailles, devenu le symbole même de la scénographie architecturée de l'espace naturel et urbain par un pouvoir royal, Bordeaux, reflet de la pensée du siècle des Lumières, ou encore le Havre, modèle même d'une ville de la Reconstruction. L'inscription de Nice, ville de la villégiature de riviera, permettrait, de la même façon, d'inscrire sur la Liste du patrimoine mondial un nouveau bien culturel, lui aussi issu d'un phénomène de civilisation, en l’occurrence l’avènement puis le développement, au sein des sociétés modernes, la villégiature d’agrément. »

Lire sur le site du ministère de la Culture

Nice, naissance d'une ville de promenades

Les premières promenades urbaines de Nice, du fleuve à la promenade du Paillon.

Voir la vidéo

2018-2020 « Nice ou l’invention du tourisme »

MISSION NICE PATRIMOINE MONDIAL
75, quai des États-Unis

Exposition « Nice ou l’invention du tourisme »
Bencho Obreshkov, Paysage de Nice, 1939, Sofia, Galerie nationale des Beaux-arts © Droits réservés

Télécharger la brochure (6.9 Mo)

C’est le développement d’une ville nouvelle grâce au tourisme, son urbanisme caractéristique et son patrimoine architectural singulier qui font l’objet de la candidature de Nice à son l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Cette exposition propose de retracer les étapes qui ont permis à Nice de devenir la capitale du tourisme de riviera et d’inspirer nombreux artistes, écrivains, musiciens et cinéastes, à partir du milieu du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, en expliquant également les raisons de sa candidature et la procédure pour l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.


Vos souvenirs de la prom'

Vous pouvez alimenter cette galerie d'images avec vos archives familiales en participant à la collecte d'archives !

Nota Bene: Toute reproduction totale ou partielle des éléments présentés est interdite, sauf accord préalable des donateurs

Les 60 dernières participations :

1890...
...2020

Voir toute la collecte d'archives

Partagez vos souvenirs

Apportez vos photos et documents personnels ou historiques à la Mission Nice patrimoine mondial au 75 quai des Etats-Unis, nous les numériserons pour vous, ou utilisez le formulaire ci-dessous.

Participez ainsi à la mise en valeur et à la connaissance de notre patrimoine, et à la candidature de Nice à l'inscription par l'UNESCO sur la Liste du patrimoine mondial.

Parcourir
Types de fichiers autorisés : JPG, PDF
Poids fichier : 10 Mo max
Un seul document à la fois